• La Jeune Miolni et le Grand Dreign'

    Je n'ai pas envie de vous faire attendre d'avantage, alors voici, ici et maintenant en texte brute (car le texte est encore en phase relecture), un court conte narrant l'étrange et merveilleuse aventure de la jeune Miolni.  Dites moi si ça vous plait et si vous voulez une suite. Ce texte ira prochainement rejoindre mes autres contes, mais je vous le laisse en page d'accueil pour le moment. Bonne lecture !

     

     

    La Jeune Miolni et le Grand Dreign'

     

    Dans un petit village sans le nom d'il y a fort longtemps vivait une jeune fille qui pouvait voir ce que les Néran(1), les Mortels ne peuvent voir. Il y a si peu de temps à mes yeux pourtant... Cette gamine était pleine de vie. En des milliers de saisons, j'aimerai revivre ce moment, parole de Ehdrahl(2). C'était par un début de printemps ensoleillé, je me souviens de l'or pâle et du bleu des fleurs. Du vert tendre des feuilles. Le vent soufflait en petit tourbillons joyeux emportant les feuilles et les oiseaux. Arrrrrrh ! Quenaredamyar(3) ashterani adanorat(4) ! C'était si … si … casomdhar(5) ! Désolé, je ne trouve pas le mot dans votre langue. Les premiers papillons volaient et la petite leur courrait après émerveillée. Pour elle, les faés(6) étaient des êtres comme les autres... Elle rencontrait parfois des fées et discutait avec elle. Elle possédait donc les yeux faés, bénédiction ou malédiction de naissance qui lui valait d'être repoussée par les siens... Il quittait de temps en temps son village pour courrait dans la forêt émerveillée, sans la moindre crainte contrairement aux autres de son espèce. Elle jouait dans les racines, les fourrés effrayant une pauvre renarde qui tentait de se cacher. Insouciance ou véritable pouvoir ?

     

    Comment vous décrire cette scène de parchemin à l'encre délicate ? Des couleurs qui coulent sur un papier pur de jeunesse. Un papillon éphémère des yeux qui un jour disparaît chez la plupart des humains. Tout ça ne vous paraît peut être pas clair mais … Mh ! Et ces odeurs ! Elle vous brûle les narines de délicatesses ! Rosée fraîche d'argent déposé après la brume et s'évaporant autour du jeune enfant des Hommes. Pendant que je m'enchante de ce passé, elle a beaucoup avancé dans la vision. Elle approche du centre de la forêt … Zone interdite aux humains éphémère sous peine de châtiment.

     

    Quel enfant imprudent ! Le voilà perdu ! Elle regarde autour d'elle. Appelle. C'est inutile. Tu es perdu. Elle cherche son chemin. Elle est triste. Elle a peur. Elle se met à pleurer en continuant d'avancer vers le centre de la forêt. Ce sentiment que je sens. « Où est Maman? » « Où est Papa ? » « Grand Mère ? ». Un sylphe, invisible même pour ses yeux lui tourne autour, rejetant des feuilles arrachées aux plantes dans son sillage. Les larmes de la jeunette troublent sa vue. Elle finit par trébucher et s’étaler de tout son long dans les feuilles mortes. Elle resta là immobile, à pleurer, des feuilles venant se déposer sur ses vêtements de paysanne. Elle se redressa avec difficulté et regarda d'abord son genou écorché. Puis, elle redressa la tête et … elle vit quelque chose de bizarre entre ses cils humides... Elle se releva et marcha doucement vers cet étrange objet. Elle le prit, il était presque aussi gros que sa tête.

     

    -« Un œuf ? » Dit la fillette en regardant sa trouvaille.

     -« Il est couvert de fourrure blanche ! » Remarqua la fillette étonnée fixant l'étrange artefact de ses yeux gris.

     Dans un craquement sec, la coquille se fendit laissant apparaître un petit museau avec une truffe noire. La fille poussa un cri et sursauta au point de se coller au tronc de l'arbre derrière elle.

     Elle regarda de marbre la créature se libérer, médusée par ce spectacle étrange. Une tête angulaire couverte de fourrure dotée de deux oreilles de loups et de grands yeux ovales. Des crocs acérés, un corps couvert de fourrure blanche dotée d'une longue queue, des pattes griffues avec de petits coussinets écailleux. La bête bailla comme si elle venait de se réveiller au lieu de naître.

     -« Waù as wu ? » Demanda l'être immortel venant de renaître.

     Les pupilles de la fillette tremblaient en regardant cet étrange animal.

     -« Hein … ? Hein … ? » Réussirent à sortir ses mots asséchés par la surprise de la bouche de l'enfant.

     -« Néran nommer moi Dragon Porte-Chance. Eso un ehdreilsyfh » commença le dragonnet.

     -« Eso Dreignkhlor. Appelle moi Dreigh Enfant Néran. » Se présenta le Dragon.

     -« Drei... Dreigh … ? » Hésita en tremblant l'Enfant.

     -« Ta khâmoteïs, ta chaleur d'âme pure à apporté ce que j'avais besoin pour revenir au monde. » Expliqua le dragon à fourrure de loup très calme alors que de longs barbillons commençaient à pousser au bord de sa gueule.

     -« Pour ton aide, je t'accorde deux vœux. » Annonça solennellement Dreign.

     -« Deux … deux … deux vœux … ? » Bégaya l'enfant.

     -« Je suis perdue... Je veux rentrer chez moi ... » Se remit-elle à pleurer.

     

    Le dragon s'échappa des mains de la fillette et disparu dans les fourrés. La fillette fit quelques pas en tremblant, faible, en direction du buisson et s'arrêta. Le puissant esprit des airs jaillit de sa cachette sous sa forme adulte assez grand pour emporter dix humains sur son dos.

     

    -« Monte sur mon dos. Oublie pas de bien agripper mon doraöé,le pelage que tu vois, jeune néran. » Ordonna t'il à la fillette.

     

    La fillette monta sur son dos et agrippa très fort à l'étrange fourrure qui semblait hésiter entre le poil et la plume.

    Dreign s'envola, mais ne rendit pas la filette à son village de suite. Il fit d'abord le tour de ce pays qu'il n'avait pas contemplé depuis la Guerre des Duaelbor, un événement fort lointain.
    Il survola la forêt qui ondulait ses feuilles pour saluer le Dieu des Airs, Dreignkhlor, Premier Né.Il plongea dans une profonde crevasse ouverte par le coup d'épée d'un titan et disparu tout entier dedans. Il survola la surface de l'eau de la petite rivière qui y coulé et frappa sa surface de ses puissantes pattes pour avertir les ondins et les carpes de son retour. Il repartit dans une montée en piquée en tournoyant appréciant le goût de l'air sur son corps. Il survola calmement la campagne pendant que la fillette regardait le monde émerveillée. Elle commença à s'habituer de son drôle de moyen de locomotion... Il tourna autour d'une grande montagne, les os et les crocs de la Terre. Il plongea vers l’Océan et son air iodé. Puis d'un claquement d'aile. Le Maître des Airs ramena la fillette à son village.

     -« Merci Dreign ! C'était merveilleux ! » Dit la fillette en caressant le museau de l'énorme monstre.

    -« Quel est ton dernier vœu ? Tout les Néran sont cupides ! Tu veux un trésor ? » Se contenta de demander la créature.

     -« Je veux qu'on soit amis » Dit la jeune fille en souriant heureuse.

     Le Dragon resta silencieux puis demanda, « Quel est ton nom ? ».

    -« Miolni » Répondit elle.

     

     -« Bien Miolni, nous serrons Amis et c'est un cadeau que tu me fais. Bien plus précieux que n'importe quel trésor ou pouvoir. » Conclut le Grand Dreignkhlor avant de reprendre son envol.

     

     Miolni le regarda partir. Ils se revirent souvent et les deux eurent un grand Destin.Ainsi Miolni devint par ailleurs souveraine bien plus tard de par ses exploits, mais ceci est une autre histoire.

     

    Écrit par Arthur Dauptain, Tous droits réservés.

     

     

     

    (1)(Nézrane) mortels

    (2)[édral]Immortel des Vents.

    (3)[Kénarédamiare] Mère Nature

    (4)[Achterani adanora] Soit (être au Gérondif Tumelrique) bénite.

    (5)[kazomdar] magnifique.

    (6) « Les Enchantés »

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 31 Août 2015 à 18:26

    C'est vraiment très bien écrit, à toutes les fois je trouve que tu te surpasse! C'est une histoire pleine d'originalité, qui m'a captivée!
    Le dialecte utilisé par la petite créature ajoute un certain mystère à l'écrit et les mots utilisés conviennent parfaitement  le personnage principal est génial. J'adore comment ça se fini, digne d'un conte de ce nom!

    L'ambiance est magnifique et très naturelle, j'aime énormément!

    Continu comme ça Arthz! 

    2
    Lundi 31 Août 2015 à 19:11

    C'est vrai tu trouve que je me surpasse à chaque fois ? Si j'essayais pas de faire mieux, je m'ennuierai XD

    Le Dialecte est du Tumelrique, je l'ai nommé ainsi en l'honneur du petit peuple qui est sensé le parler... Faudra attendre avant de pouvoir le parler dans la rue :p

    Le plus dur reste d'avoir une bonne variété de vocabulaire pour éviter les répétitions. Pour les dialogues, je les veux toujours très détacher de ceux d'un humain, mais je veux permettre au lecteur de comprendre facilement le texte tout en le plongeant dans des dialectes et façon de pensée loin de celles d'un humain.

    Dès que j'ai le temps, j'en écris d'autres :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Kitsune-Chan
    Lundi 31 Août 2015 à 19:34

    J'adore !!

    4
    Lundi 31 Août 2015 à 21:15

    J'ai hâte de voir d'autres écrits dans ce genre! Préviens-moi quand tu les sortiras!

    5
    Lundi 31 Août 2015 à 23:13

    Pas de soucis ! Reste à savoir quand ils seront écrits ! ;)

    6
    Mardi 1er Septembre 2015 à 00:27

    magnifique  je sais plus quoi dire je fais ne finir par ne repeter  ,non ce soir je la joue pas en mode fan cristina cordula .

    tu as vraiment ton propre univers  ,ils si bien écrit  si tu as de quoi faire un suite ça sera interresant à lire .

    bravo l' artiste 

    7
    Mardi 1er Septembre 2015 à 10:14

    Je vais écrire d'autres histoires du genre avec d'autres personnages et lieux, mais pas de suite pour le moment sinon je m'ennuie et je pète un boulon à chercher du perfectionnisme...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :