• Bonjour chères lectrices, chers lecteurs,

     

    Quand j'ai découvert ce manga sur une étagère de la librairie "Les furets du nord", c'était un peu comme si je venais de croiser un ovni !

    "Anne de Bretagne, Intrigues au Château" de Cédric Tchao est non seulement un manga français, mais il est aussi publié par les Château des Ducs de Bretagnes et le musée d'histoire de Nantes chez Casterman. Du coup, on peut parler de manga Breton ? Comme vous savez, j'adore la Bretagne, et malgré les 13 euros que coute le bouquin, il fallait que je le lise et l'ajoute à ma bibliothèque ! Mais du coup ? Qu'est ce que ça vaut ?

     

    Synopsis :

    Gaël fait une sortie avec son école au Château de Nantes. Alors que la visite est plus qu'ennuyeuse, Gaël se retrouve téléporté par un korrigan au Moyen Âge à la Cour où vit la jeune Anne de Bretagne. En compagnie du Korrigan Aedan Puck, il va assister à la vie et aux intrigues du Château du Duc de Bretagne et ses tensions avec le Royaume de France, jusqu'au rattachement du duché au Royaume de France.

     

     

    Mon avis :

    Un manga qui nous parle de Bretagne, d'histoire, avec de la magie, le manga arrive en terrain conquis avec moi ! Et pourtant... Le korrigan a pas vraiment un apparence de korrigan, il ressemble plutôt à un bel elfe. Bon ça, c'est bien et pas bien. Les dessins sont très beaux. Mais par contre l'histoire ... Le problème est que le manga est éducatif et veut tracer une longue histoire en un seul tome. Il va faire sans cesse des grosses élipses temporels... Je trouve que ça nous sort de l'histoire et on sent vraiment l'aspect éducatif du bouquin... Bon après le livre reste très chouette, je dis pas ! Mais au final, je me sens déçu alors que j'en attendais rien de plus d'être beau et lire une bonne histoire... Pour les enfants c'est peut être pas mal, ça fait rêver je dirai, et donc c'est intéressant. Pourtant y'a deux trois scènes un peu gore qu'on se serait passé si c'est à destination des enfants... Comme le corbeau qui arrache un œil à un pendu pour le bouffer ... Il manque tout de même quelque chose pour le rendre consistant et les notes historiques à la fin ajoutent pas grand chose.

     

    Conclusion :

    Un manga intéressant pour les fans d'histoire et de Bretagne, une jolie pièce de collection, mais je ne le recommande pas vraiment en dehors de l'aspect "curiosité". Un livre d'une très grande qualité mais qui nous laisse sur notre faim. A quand une version en langue bretonne ? 


    votre commentaire
  • Bonjour chères lectrices, chers lecteurs,

     

    Voici un moment que je voulais vous poster de nouvelles critiques et notamment une sur ce manga. J'ai lu les tomes 1 & 2 de "50 Nuances de Gras/L'elfe qui aimait trop les frites" de Synecdoche paru aux éditions Doki Doki. Actuellement, trois tomes sont sortis en France, j'en ai acheté et lu deux. Le manga est sorti au Japon en 2016 et en France en 2019.

     

    Synopsis :

    Naoe est un coach de bien être dans un centre de massage. Un jour il fait la rencontre avec Erufuda une étrange jeune femme grassouillette qui se révèle être une elfe venue d'un autre monde. Dans son monde, ils mangent que des légumes en soupe. En découvrant la saveur des légumes de fast food, elle est totalement devenue accro aux frites ! Hélas, pour pouvoir retourner dans son monde, elle doit faire exactement le même poids qu'à son départ ! Un régime s'impose, mais Erufuda n'a pas décidé d'arrêter de manger ses frites chéries !

    Naoe n'est pas au bout de ses peines quand d'autres clientes d'autres mondes semblent avoir besoin elles aussi d'une remise en forme !

     

    J'ai lu : 50 Nuances de Gras, l'Elfe qui aimait trop les frites (critique Manga)

     

    Mon avis :

    Tout d'abord, je tiens à vous prévenir que ce manga est un ecchi (manga à tendance érotique) et les personnages féminins sont très souvent nues. Oui, vous voulez un ecchi avec des personnages en surpoids, bah y'a ce manga. Moi j'ai été attiré par la présence d'une elfe, du slogan "L'elfe qui aimait les frites" et l'aspect comique qui se dégageait de l’œuvre. Au final j'aime bien, même si ce n'est pas extraordinaire non plus. Il n'y a pas grand chose à dire, c'est un genre d'isekai inversé (sous genre de la fantasy japonaise où le personnage principal venu de notre monde se retrouve dans un monde de fantasy) basé sur une suite de gags avec des petits conseils minceurs. Un manga qui se picore comme une barquette de frites. Il plaira surtout aux fans de monster girl.


    Conclusion :

    Un manga aussi addictif qu'une barquette de frites bien grasses.


    4 commentaires
  • Les Graccius sont une famille nombreuses de seigneurs du Royaume de Lorn.

    Au contraire des autres grandes familles, les Graccius sont plutôt spécialisés dans le commerce.

    Cette famille seigneuriale du Nord Ouest du Royaume possède une grande fortune grâce à ses productions agricoles et avec ses échanges commerciaux. Elle grignote le territoire des Ducs de Socrahn petit à petit à force d'intrigues politiques et de complots. Les Graccius allant même parfois jusqu'à acheter un petit seigneur pour faire rentrer ses terres dans ses domaines.

    Les Graccius sont très proche de l'Inquisition Lornéenne, il la finance et provoque de fausses chasses aux sorcières afin que personne ne puisse retourner l'Inquisition contre eux. Il est vrai qu'il se complaisent dans la luxure et la débauche, organisant des grands banquets où l'alcool coule à flot.

    Leur influence est telle, qu'on parle de plus en plus de duché de Graccius, même s'il ne sont pas ducs et sont sensé être les vassaux des Socrahn. Mais les Socrahn perdent leurs influences, incapables de mener une armée de chevaliers et paladins comme les Ducs du Duchés de Machaon, d'être de bons diplomates et intrigants comme ceux du duchés de Delvrik.

    Les Graccius se sont alliés aux Fièredouves et on raconte même qu'ils voudraient prendre le pouvoir central... Sans l'influence des puissants Paladin de Machaon ils auraient été capable de plonger le pays dans la guerre civile...


    votre commentaire