• Un Soir à contempler les Fées

    Un conte féerique, un peu naïf, écrit juste pour vous faire rêver. Replongez dans un de mes univers féerique et elfique peuplé de licornes sauvages, de grandes forêts et de magie inspiré de temps anciens aujourd'hui oubliés à jamais... Voici le dernier conte en retard. Je vous désormais pouvoir me consacrer entièrement à l'écriture des trois contes en cours d'écriture. Oui, je suis fou ! Bonne lecture et à bientôt chers lecteurs !

     

    © Ce texte est protégé par la propriété intellectuelle toutes copies interdites sans mon autorisation merci.Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.

    © Dauptain A A Arthur, Tous Droits Réservés.

     

    Un Soir à contempler les Fées

     

    C

     

    ette histoire commence dans une clairière sous la lumière bleutée de la Lune. Minuit avait sonné, la Dame de la Nuit souriait à l'écume de la cascade, brume comme mille fils d'argent à filer en belle étouffe de rêve. Arrivèrent volant sans bruit, en pirouettes d'entre les arbres, une vingtaine de petites fées. Parmi elles, une fée des plantes que vous connaissez peut être, la gentille est un peu tête de mule Fée Pistyl. La demoiselle des Fleurs commençait sa journée. Elle allait en voletant parmi les fleurs et fougères pour rejoindre ses sœurs. Toutes se mirent à danser en ronde dans les airs en chantant, certaines jouant de la lyre, d'autres de la flûte. La Joyeuse Compagnie dansa ainsi avec grâce un long moment.

     

    Soudain, elles poussèrent un cri. Un cri qu'aucune syllabe humaine ne pourrait traduire. Elles levèrent les bras au ciel et restèrent figées dans les airs immobiles. Était-ce un rituel qui m'était inconnu ? M'avaientt-elles repérées derrière ma cachette de feuilles ? J’encourrai, même pour un Elfe des Forêts, le terrible Courroux des Fées !

     

    Les fées se dispersèrent rapidement , je perdis même de vue la Fée Pistyl. Malgré ma taille un peu plus grande que celle d'un humain, je monta dans un arbre et commença, courant à travers la cime de la Forêt, à rechercher les traces de la fée qui me plaît tant d'observer.

     

    D'un coup, je me figea soudain à un son. Des sabots. Mes yeux gris cherchèrent à travers les feuillages l'origine du bruit. Les fées ne possèdent pas de sabots n'est ce pas ? Je la vis, une licorne, belle et blanche. Un mâle qui arborait sa corne frontale fièrement. Sa crinière brillait à la lumière de la Lune, flottant avec fougue. Ne vous trompez pas, les Elfes ne chevauchent pas de licornes. Ce ne sont là que de pâles bêtises... Du moins, pas tout les Elfes, seulement quelques rares grands héros des Peuples Elfique. Pour monter une telle créature, il faut avoir été accepté par celle ci. Sinon vous subirai son caractère sauvage. J'attendis patiemment que l'unicorne s'éloigne loin de moi par prudence avant de reprendre ma recherche de la frêle Pistyl.

     

    Je ne tarda pas à la revoir, dansant parmi les pétales et la rosée sur les fleurs. Quelle magnifique grâce ! Quelle beauté simpliste ! Elle s'approchait doucement des délicats pétales blancs des églantiers sauvages pour en prendre les perles de rosées et les boire. Je la vis près d'un vieux sureau, qui avait profité d'une vieille trouée dans la cime des chênes et des châtaigniers pour pousser. Elle prit des feuilles qu'elle cousue avec de fins brins d'herbes pour se parer d'une nouvelle robe d'un beau vert bien vivant. Elle s'aspergea le visage de rosée avant de repartir disparaître dans le bois.

     

    Je retrouva sa piste dans une clairière que je connais bien car les vents d'une tempête ont couché beaucoup d'arbres, et les souches pourrissantes hébergent de nombreux champignons tous délicieux. Du moins, les Elfes supportent leurs nombreux poisons. La coquette avait cueillie une pâquerette pour en orner ses beaux cheveux verts. Qu'elle était mignonne ! Elle s'approcha d'un champignon et commença à lentement grignoter le haut de son chapeau de manière fort gourmande.
    Je voulu m'approcher encore un peu d'elle, je voulais être plus prêt d'elle pour admirer sa jolie petite bouille aux joues rosées... Mais … Bien mal m'en prit ! Morefeuille de belle lune de Mielcrelune ! Comment un Elfe peut être si maladroit pour faire craquer une branche morte ? Au son de ma sôtise, la fée disparut, et jamais de la Nuit la revis.

     

    Toutefois, je recroisa la licorne !

    Et bien heureux d'avoir cette fois ci trébuché sur une racine, mon fessier échappa ainsi de sa corne !

     

    Il est sûr que si vous voulez observer ces magnifiques créatures, fées ou unicornes, il faudra vous armer de prudence.

     


    Écrit par Arthur Dauptain, ©Tous Droits Réservés.


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Novembre 2015 à 00:48

    J'imagine bien la belle licorne! Très belle petite histoire, ça a été un plaisirs de la lire.

      • Mercredi 11 Novembre 2015 à 10:40

        Merci beaucoup Chocolinou ! :) Je suis vraiment heureux qu'elle te plaise ! :)

    2
    Mercredi 11 Novembre 2015 à 09:24

    Que c'est poétique, on est vraiment plongés dans ton univers féérique avec cette histoire ! Bravo !

      • Mercredi 11 Novembre 2015 à 10:49

        Merci beaucoup ! J'ai eu beaucoup de mal à le publier car je trouvais l'histoire imparfaite ! J'ai fini par mettre un groupe de métal slovaque à fond sur les oreilles et à défoncer mon clavier pour le rentrer sur le pc ! Au final, j'ai fais peu de modifications, moins que pour le Conte "Unicornis" qui date aussi de la période fin Octobre début Novembre :)

    3
    Vendredi 13 Novembre 2015 à 01:03

    Ça fait plaisirs de te le faire savoir, j'ai bien aimé. :)

    4
    Vendredi 13 Novembre 2015 à 17:34

    j'avaois pas cette histoire , 

    quel texte  joli et doux ! on voit les fées et cette la fameuse licorne 

    ce fut un plaisir a lire 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :