• Yskryn et l'Esprit des Neiges

    Chers lecteurs, chères lectrices, je meurs d'envie de vous écrire des histoires d'Elfes, de magie et d'aventure.
    Je vous emmène ce soir dans le petit village Elfe de Nylvys perdu dans les montagnes. La vie y est très difficile, mais une petite elfette reste malgré tout heureuse et surtout chaleureuse malgré le froid. Bonne lecture !

     

    © Ce texte est protégé par la propriété intellectuelle toutes copies interdites sans mon autorisation merci.Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.

    © Dauptain A A Arthur, Tous Droits Réservés.

     

    Yskryn et l'Esprit des Neiges.

     

     

    Il était une fois, un petit village perdu dans les montagnes nommé Nylvys. Ici vivaient des elfes pauvres et modestes, vivant du peu que leur offrait la Montagne, du gibier, un été tout juste suffisant pour les récoltes, un peu d'arbres pour construire leurs belles demeures et un peu de charbon pour ce chauffer... Ces Elfes vivaient dans des conditions précaires bien lointaines de celle des beaux palais de marbre en Famerawn ou des villes construites dans les grands arbres de la Forêt. Mais l'Hiver vint. Cet Hiver fut le pire et le plus glacé que le petit village ai connu. Le charbon commençait à être épuisé et la montagne refusait de leur offrir d'avantage de trésor. Les maisons commençaient à se refroidir. Les habitants se sentirent abandonnés des Dieux. La vieille chamane pria durant toute la journée dans sa pagode gelée pour le Printemps vienne plus vite ou que les Esprits de la Montagne acceptent de leur offrir de leur charbon pour ne pas mourir de froid... Mais nul réponse...

     

    Alors que le village de Nylvys était déjà bien affaibli, il fut attaqué. D'horribles gobelins, fléau idiot et cruel s’abattirent sur les villageois. Les gobelins ne craignent pas le froid. Ils sont l'Hiver. Détruisant la vie inutilement sur leur passage, ces vils créatures sont le fléau des Peuples de la Terre. Ces êtres, à la peau verdâtre ou rougeâtre pillent et tuent tout sur leur passage à l'aide de leurs armes rouillées volées à leur précédente victime... Ces cafards engoncés dans des armures suintantes de crasses sortent comme des maudits frelons de leur ruche à l'Hiver pour piller et détruire toute habitation ayant été construire trop près de leur montagne... Ennemis immémoriaux des Nains, ils s'en prennent aux Elfes pour le plaisir du carnage.

     

    Leur attaque fut repoussée pour un moment. Mais plusieurs des défenseurs du village périrent. Plus par l'effet du vil poison et du fer corrompu des flèches et lames gobelines, que par les talents pathétiques de ces vers, parodie rabougrie et malsaine des Elfes. Parmi ces victimes de ces êtres cruels, le père de la jeune Yskryn. On voit très peu d'enfants chez les Elfes. Mais les Elfes sont comme les humains, ils vivent, boivent, mangent, ont des Enfants. Ils supportent très bien le froid et les intempéries, mais ils ont besoin de chaleur, dont celle du Cœur. La jeune Yskryn sentait bien que l'air de la maison devenait aussi froid que la glace, mais avec l'insouciance des enfants, elle sortie jouer dans la neige.

     

    Elle était bien sûre la seule enfant du village, naît il y a un vingtaine d'année, mais étant guère différente d'une petite fille humaine de neuf ans. Elle se sentait tellement seule au milieu des adultes, elle décida de se fabriquer un compagnon avec les flocons tombaient en magnifique couverture blanche sur le devant de sa maison. Elle y mit cœur et joie, insouciante au froid qui engourdissait ses jeunes membres. Ses petits doigts faibles et fragiles façonnaient son nouvel ami. Elle le regarda toute heureuse. Quelle merveille pour une petite elfette que cette sculpture de neige ! La mère ayant fini de coudre une magnifique écharpe aux runes efliques argentée pour oublier son chagrin appela sa fille pour lui offrir et lui faire boire une boisson tiède chauffé à la chaleur des dernières braises du foyer. Le bonhomme de neige regarda s'éloigner la fillette en silence, bête statue d'eau glacée éphémère, et la nuit vint.

     

    Mais la gentille Yskryn ne pouvait dormir... elle pensait à son ami dehors ... avec l'innocence d'une enfant, elle se dit qu'il devait avoir froid... Elle décida d'aller lui offrir son écharpe. Elle courut donc lui porter et enfila le beau vêtement de tissu elfique autour du cou de son œuvre de glace. Son geste généreux eu un effet inattendu. La neige de la silhouette se mit à frissonner et les pierres servant de yeux tombèrent et révélèrent deux vrais yeux marrons. La fillette sursauta surprise. Les deux êtres s'observèrent.

     

    -« Tu as froid ? Maman et moi, on a plus de quoi se chauffer, mais toi qui est tout seul dehors doit avoir froid ? » Commença la fillette.

     

    La créature de neige donna pour seul réponse un long silence, remuant doucement la tête, clignant des yeux, observant sa créatrice devant lui. Puis, se mit à foncer à toute vitesse vers les arbres. « Attend moi ! » Cria Yskryn, courant dans la neige aux trousses de cet esprit des neiges trop rapide pour elle. Yskryn finit par trébucher, tombant tête la première dans la neige. Elle regarda la silhouette glacée s'éloigner avant de perdre connaissance. Un long moment plus tard, elle sentit quelque chose la soulever délicatement par lévitation de sa couche de neige. C'était son ami venu l'aider. Il poussait devant lui un lourd fagot de bois mort, habillement ficelé avec du lierre. Yskryn se mit à rire et sauta dans les bras de cet étrange esprit de l'hiver, plus chaleureux de cœur que d’apparence.

     

    Ainsi commença une grande amitié, une amitié qui sauva la petite communauté de Nylvys, car l'Esprit des Neiges apporta grâce à sa magie tout ce que dont le village manquait. Bois, nourriture, fourrure, plus rien ne manqué ! Mais la sombre menace des gobelins refit surface...

     

    Un soir, alors que le soleil se couchait, un vacarme d'une tribu de ces charognards venue prendre leur revanche se fit entendre. Les gobelins, braillant et gesticulant fonçaient vers le pont en bois du village édifié au dessus d'un profond ravin où coulait un torrent glacé pour mettre à feu et à sang la communauté paisible des Elfes. Mais alors que la horde s'avançait sur le pont, l'Esprit des Neiges des neiges apparu à son extrémité tel un petit tas de neige pour stopper un géant formé d'humanoïdes idiots et sanguinaires. Les Gobelins, ayant une méfiance et une curiosité pour tout ce qui est nouveau, s'arrêtèrent. Bien mal leur prit ! « Là ! Regardez ! C'est quoi ? » Lança d'une voix sifflante un peau verte en pointant le ciel du bout de sa lance. Lorsque plusieurs guerriers levèrent la tête vers le ciel, se fit pour voir d'énormes blocs de glace formés par leur adversaire leur tomber dessus ! « Fuyons ! Arrrgghhh... » Cria un maraudeur d'une voix rauque avant de lâcher son arc et périr écrasé par un des blocs de glace acéré dans une gerbe de sang. Très vite, ce fut la débâcle ! Le pont se rompit mais déjà beaucoup de ces cafards en armure aux oreilles de chauves souris ridicules étaient tombés dans le précipice, plus ou moins amochés par la glace ou leurs camarades dans la panique générale. Seuls quelques uns réussir à fuir.

     

    Le Sauveur fut fêté et remercié chaudement. Mais celui ci, indifférant, se contenta de fabriquer un pont de glace transparent et magnifique qui ne fondit jamais. Il protégea la ville jusqu'au Printemps, puis disparut. Depuis tout les Hiver semblent moins froids à Nylvys car la neige paraît protectrice aux habitants de la ville de Nylvys. Le village devint ville, et de son Protecteur, reste le magnifique Pont de Glace et une statue sculptée dans du cristal en son honneur. La petite Yskryn devint une grande enchanteresse, et l'une des rares elfes à maîtriser la magie de l'Eau sous forme de givre. Sa réputation est très grande, tout comme la chaleur de son cœur. Protégeant les êtres aux cœurs purs s'aventurant dans ses montagnes. Son bien le plus précieux restera toutefois l'écharpe de son ami, qu'elle retrouva suspendue aux branches d'un sureau en fleur.

     

    Pour ce qui est des gobelins, ils ne s'approcheront plus jamais du « Pont Aaarghh », et d'horribles légendes courent dans leurs grottes à propos d'un terrible golem grand comme un dragon qui lançait des montagnes sur les vermines qui s'en approchent trop près … Oui, les survivants ont un peu exagérés les événements de leur défaite …

     

     

    L'Hiver, deux grands yeux marrons regardent le village à travers le vent remplit de flocons. Ils brillent de joie et peu avant qu'ils ne s'effacent parmi le blizzard, des pétales de perce neige apparaissent et se laissent porter par le Vent, annonçant le Printemps. La dureté des Épreuves n'est rien, face au bonheur qui s'ensuit.

     

    Écrit par Arthur Dauptain, © Tous Droits Réservés.


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Décembre 2015 à 23:59

    C'est vraiment un joli conte, il m'a fait sourire. Il me fait un peu penser à notre débat sur le bonhomme de neige Yukkin de tout à l'heure, ça m'a fait rire. J'imagine le petit bonhomme de neige, comme s'il était tout mignon avec son écharpe rouge. Ce serait bien si les sculptures en neige prenaient vie comme ça :')

    Ton histoire me rappelle ceux que je faisais quand j'étais toute petite avec ma soeur. On leur donnait tout le temps des noms, il y en avait un qui s'appelait Gaston, je me rappelle. On s'avait construit un chateau fort en neige, on avait même fait des bancs (On avait eu l'aide de mon grand-père mais bon, c'est un détail hahaha).

      • Jeudi 31 Décembre 2015 à 00:08

        Merci beaucoup Choco <3 ! Hihi ! Oui, d'ailleurs j'ai mentionné Yukkin dans ma news ;)

        Si le conte t'as fais sourire, c'est tant mieux, j'avais peur qu'il soit triste et déprimant ^^

        Et je suis bien content de mes gobelins givrés et frappés ! Avec des champignons on en mangerait !

         

        Trop bien un château de neige ! *^*

        Cette année on aura pas encore de neige ... Mes derniers bonhommes de neige remonte à très loin ... Surtout un vrai bonhomme de neige ... Il n'a plus vraiment eu de neige depuis mes 14 ans et mon plus beau bonhomme de neige, j'avais 9 ans :)

      • Jeudi 31 Décembre 2015 à 00:18

        Y a pas de quoi voyons ! :) Oui, je viens tout juste de lire la new des questions/réponses à propos de ton conte.
        Pourtant il est pas triste, je le trouve plutôt lumineux, c'est une belle histoire.
        Les Goblins l'avaient bien mérités comme on dit, bien fait pour eux!

        Nous elle aura été en retard, mais maintenant on en a un peu, il a tombé quelques 30 cm comme tu le sais.

      • Jeudi 31 Décembre 2015 à 00:23

        Merci <3 Un bon gobelin est un gobelin mort ! :p

        Bon, alors j'ai réussi, j'avais peur de mettre cassé la gueule sur l'atmosphère du conte ^^

        J'aimerai bien un peu de neige, mais pas trop ^^ juste quelques jours ^^

    2
    Jeudi 31 Décembre 2015 à 05:24

    Juste quelques jours c'est pas de trouble ;)

    3
    Mercredi 6 Janvier 2016 à 18:26

    quel merveille un autre des chef d'oeuvre que tu es seul a savoir si bien écrire .

    il est comme la carrese du soleil  après le froid "dire que je l'avais pas vu  j'étais un peux patraque "

    c'est triste mais pas larmoyant et il y a une message d'espoir  dans ce texte .

    merci pour ce texte

     

     

      • Vendredi 8 Janvier 2016 à 14:28

        Merci beaucoup pour ce gentil commentaire BaltesG ! Si je n'avais pas de lecteurs fidèles mes textes ne pourraient pas être si beaux ...

         

        En tout cas, le prochain est prévu pour ce soir, 17heures, et ça sera un chapitre 1 ... Espérons que j'atteigne le format roman cette fois XD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :