• Patte de Lapin - Conte

    Bonjour chères lectrices, chers lecteurs,

     

    Voici mon nouveau conte, j'ai mis pas mal de temps pour finir de l'écrire (beaucoup plus que je pensais.) car j'avais décidé de réécrire un passage qui ne me plaisait pas et j'ai changeais la fin pour une fin qui n'est pas un "happy end". Tout à démarrer avec l'envie d'écrire un conte avec des petits lapins dedans... Un conte où j’effleure plusieurs idées et plusieurs leçons peuvent en sortir. Un conte enfantin pour adultes et enfants, mais je ne sais pas si cela correspond vraiment pour un enfant. J'espère que ce conte vous plaira, un poil plus long que les derniers que j'ai écris, très inspiré, j'ai aussi d'avantage travaillé et retravaillé dessus que d'habitude. Bonne lecture !

     

    © Ce texte est protégé par la propriété intellectuelle toutes copies interdites sans mon autorisation merci.Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.

     

     © Dauptain Arthur, Tous Droits Réservés.

     

    Patte de Lapin

     

    Il était une fois, dans une belle et calme forêt, une fille dotée de deux longues oreilles de lapin à la fourrure caramel se détachant sur ses cheveux blancs à la délicatesse d'une crème sucrée. Elle avait de beaux yeux curieux fixés sur ses sujets qui l'entouraient, une bonne vingtaine de petits lapins qui faisaient des cabrioles. Deux fois par jour, elle venait et s’assaillait comme maintenant sur le rocher siégeant au milieu de cette clairière. Elle posait ses pieds nus sur la souche qui se trouvait contre le rocher et elle les appelait à elle. Ainsi elle était assise sur un trône comme une véritable princesse.

     

    Quand elle voyait arriver ses amis à oreilles venant de toutes parts, elle ne pouvait s'empêcher de pousser un petit rire joyeux et ses joues devenaient roses de bonheur. Derrière cet aspect enfantin, on pouvait se rendre compte qu'elle était bien plus âgée qu'elle ne le paraissait comme souvent d'autres êtres du peuple des fées. Depuis combien de temps cet esprit de la forêt entretenait ce rituel ? Depuis bien avant que les Humains s'installent sur ses terres en tout cas, il y a fort longtemps. Une fois que tout les lapins semblaient être arrivés, elle les appelait chacun par leur prénom. « Vous êtes tous là ? » leur demanda-t-elle. « Aria, Bouton, Claire, Douceur... » Commença-t-elle à énumérer. Quand un lapin entendait son nom, il se dressait sur ses pattes arrières attentif. « Espoir, Filou, Gabri, Hiro ... » Continuait-elle alors que d'autres lapins se redressaient à la prononciation de leur nom. « Iris, Joue, Kyla, Langue, Mystère, Noreille, Ortance Patrick, Quinoa, Ruut, Silb, Térance, Urz, Velu, Willy, Xu, Yule... » Elle avait presque récité toute la liste qu'elle se rendit compte qu'il semblait en manquer un !

     

    -« Noreille, où est ton frère Zoreille ? » Demanda-t-elle à une lapin noir avec une tâche blanche autour des yeux. Noreille baissa ses oreilles et se mit à trembler avant de pousser un cri aigu. « Que se passe-t-il ? » S'inquiéta la fée lapine. Le Lapin bondit trois fois, se mit à remuer le derrière, tapa sa patte sur le sol puis croisa ses pattes arrières. « C'est vrai ? Où ça s'est passé ? » Hurla-t-elle la voix pleine d'inquiétude. La petite bête bondit au dessus de l'assemblée et montra la direction du village des hommes avec l'une de ses pattes. « Vite ! Nous devons le sauver ! » S'écria-t-elle en bondissant du rocher. Elle couru vers un buisson de fougères et bruyères et y attrapa un chapeau qu'elle mit sur sa tête pour cacher ses oreilles. Une fois coiffée, elle s'élança au secours de Zoreille. Elle se déplaçait avec la vitesse du Vent dans les champs et retrouva rapidement son infortuné compagnon. Il était enfermé dans un piège. Vous savez, ces petites cages en bois ou osier. L'animal est attiré par un appât, il rentre dans la cage et bim ! La porte de la cage se ferme ! L'animal est prisonnier. Parfois il meurt de faim malgré l'appât. Mais nous sommes pas là pour parler de la cruauté de la chasse. L'Esprit lapin se rua sur la cage pour libérer son sujet. Avec la rage et monstruosité d'un démon, elle agrippa avec ses pattes, mordit et mit en pièce l'horrible machinerie de bois. Une colère muette suivi d'un cri de joie. Agenouillée dans les feuilles mortes, elle serrait un petit lapin blanc avec une tâche noire autour de l’œil. « N'est plus peur, c'est finit... » Le rassurait-elle en lui faisant des bisous dans sa fourrure douce et tremblante.

     

    Pendant qu'elle berçait le petit animal, quelqu'un s'approchait d'entre les arbres... Un jeune garçon venant du village.

    -« Hé ! Toi ! Qu'est ce que tu fais près de mon piège ? » L’apostropha-t-il.

    La fille entendit le jeune garçon dans son dos et se leva et retourna.

    -« C'est toi l'odieux mortel qui a osé faire du mal à l'un de mes amis ? » S'écria-t-elle en colère.

     -« Je... gueuh... heu...hé..euh » Interloqué le garçonnet surprit et étonné par la tournure de la situation, semblait avoir perdu la parole.

    -« Devrais-je moi aussi t'enfermer dans une cage pour te montrer ce que ça fait ? » L'interrogea-t-elle en posant un regard de reproche sur lui.

     L'humain tomba le derrière dans les feuilles sous la surprise.

     -« Dé... Désolé.. » Bredouilla-t-il.

     

    Soudain le vent se leva, s’engouffra sous les branches tel un dragon dans une mine et emporta le chapeau de la créature, dévoilant ses oreilles de lapin.

    Le gamin tremblant était paniqué. « Un esprit ! Un esprit des bois ! Au secours, il va me dévorer ! » était-il entrain de penser.

    Malgré son apparence immature, la reine des lapins savait faire preuve de sagesse et de compréhension. « Pourquoi faire ça ? » Lui demanda-t-elle. L'enfant n'osait plus lever la tête de peur de la voir. Mais il lâcha par réflexe quelques mots comme quand un garnement pas sage se fait gronder. « Pour leurs pattes... » « Pour leurs pattes ? » S'étonna l'esprit. Elle dégagea ses pattes, un mélange de bras humain et de lapin, de sa robe et les regarda. Le garçon rentra sa tête dans ses genoux et se mit à pleurer. « Je voulais les vendre aux voyageurs comme porte bonheur, ma famille a besoin d'argent, nos récoltes ont été détruites, on a plus de quoi manger, ni payer le vin à mon père. Et quand mon a pas bu, bah … il est pire que quand il a bu ...Il dit que c'est les lapins qui ont dévastés ses champs … mais pitié ! Ne me mangez pas Madame l'Esprit de la Forêt... » Pleurnichait le gosse. Le fille-lapin l'écouta en silence avant de lui répondre calmement. « Ce n'est pas la faute des lapins la famine. C'est de votre faute à vous les humains. Vous avez exterminés les renards et maintenant les mulots dévastent vos champs. »

     

    C'est alors que les vingt-cinq lapins rejoignirent l'esprit des champs. Certains restèrent près des buissons de mûres et d'aubépines ou alors se cachaient derrière des fougères. D'autres s'étaient assis près de leur Maîtresse. Il y en avait même quelques uns qui étaient perchés sur les branches d'un arbre. La Princesse lapine, se rassit et tout en caressant Zoreille installé sur ses genoux, tenta de lui expliquer la valeur d'un lapin bien vivant. « Tu sais, les lapins sont des petites créatures inoffensives pleines d'amour. Il est tant agréable de les garder sur ses genoux. Ils sont bien sûr peureux, mais c'est normal. Quand on est trop gentil, tout le monde veut nous faire du mal. » Pendant qu'elle poursuivait ses explications, la petite boule blanche s'endormit. « Puis, ils sont amusant, ils courent et même, parfois ils dansent. » Elle frappa trois fois en rythme dans ces mains, ce qui au passage, réveilla Zoreille en sursaut. A ce signal, tout les lapins se dressèrent sur leurs pattes de derrière et se mirent à danser. Il peut vous être étrange de voir un lapin danser. Ils tournent notamment sur eux même en remuant leurs petits popotins. Mais si ça vous paraît déjà bizarre un lapin qui danse, alors imaginez ceux qui se trémoussaient sur leur branche. Le jeune humain arrêta de pleurnicher et redressa la tête pour assister à ce curieux spectacle.

     

    L'esprit lapin observa le visage du jeune humain amusée. Elle se dit que finalement il semblait aussi inoffensif qu'un lapereau. Il fallait juste trouver autre chose qu'il pourrait prendre sans faire de mal à ses protégés. « Tu veux un porte bonheur ? Très bien, suis moi, je vais te révéler un secret pour en obtenir sans faire de mal à quiconque. » Déclara-t-elle. Elle s'approcha du garçon et lui tendit la main. Il hésita, puis la saisit. Elle l'aida à se remettre sur ses deux jambes avant de l’entraîner à sa suite dans la forêt. Les Lapins les suivirent se glissant à travers le bois derrière eux.

     

    Souvent, quand un Esprit de la Forêt vous entraîne dans son sanctuaire, c'est pour vous dévorer. Mais la lapine l'emmena au bord d'une rivière coulant dans la profondeur de la forêt. « C'est ici que tu vis ? » Lui demanda le curieux. « Non, mais c'est ici qu'il y a quelque chose qui peut t'intéresser. » Lui répondit-elle, le sourire aux lèvres. Chaque lapin s'approcha du ruisseau et chacun attrapa un caillou avec leurs pattes de devant. Ils vinrent les déposer devant les pieds de l'enfant. -« Des Pierres ? » s'étonna le gamin.

    -« Regarde mieux ! » S’irrita l'Esprit.

     L'humain attrapa l'une des pierres et à sa surprise, il vit un motif en forme de fleurs se mettre à briller d'une lumière bleuté.

     -« Qu'est ce donc ? » S'étonna-t-il.

     -« Une pierre bénie par le nettoyeur de pierre. » Expliqua la femme des bois.

     -« Le Nettoyeur de Pierre ? » Répéta le gosse surprit.

     -« Tu ne connais pas cette légende ? » Lui demanda-t-elle. D'ailleurs, vous connaissez la légende du Nettoyeur de Pierre ?

    -« Non. » Lui répondit-il simplement.

     -« Depuis fort longtemps, un vieux monsieur parcourt la région. On le reconnaît à sa barbe de mousse et ses cheveux de soie et à son grand pinceau. Il s'appuie sur son pinceau comme un magicien sur son bâton, accusant le poids des âges. Les pierres absorbent les forces négatives de ce monde. Si personne ne ferait rien, elles deviendraient à leur tour sombres et corrompues. Alors la rivière se mettrait à pourrir, puis les arbres à leur tour se mettraient à périr, plus rien ne vivrai. C'est alors que le Nettoyeur intervient. Il fait ces motifs de la pointe de son pinceau pour repousser et bannir le Mal de ces pierres. Ainsi sa magie repousse le Mal et ces pierres bénites par ses soins le font également, pouvant servir de talisman. » Raconta l'Esprit à l'enfant émerveillé.

     -« Wouah ! J'adore vraiment ce genre d'histoires ! Alors ces pierres sont magiques ? Même mon grand père ne me racontait pas de si belles histoires ! Enfin … Je ne l'écoutais pas, et il est mort l'hiver dernier ! » S'enthousiasma le gosse.

    -« Il est vrai que vos vies sont aussi courtes que celles des pissenlits... » Regretta l'immortelle affichant une certaine tristesse.

     -« C'est marrant, je n'avais jamais vu ces motifs avant. » S'étonna le jeune humain.

     -« Il passe près de ton village, tu n'as sûrement jamais était attentif à si les pierres étaient enchantées ou non... » Le lapine semblait se fatiguer de la présence de ce gosse.

     -« Prend ces pierres et rapporte les à ton village ! » Ordonna-t-elle.

     

    Une fois de nouveau avec pour seule compagnie ses adorables lapins, la princesse des champs retourna à sa clairière. Un vieillard mécontent assit à côté d'un très grand pinceau l'attendait. Ils se mirent à jouer aux cartes hanafunda ensemble oubliant le temps qui s'écoule comme les rivières.

    L'enfant d'humain rentra à son village. Mais nul le cru et personne ne vit le motif de fleurs sur les cailloux. On le prit pour un menteur car nul d'entre eux ne s'étaient éveillé à voir la magie.

     

    Il est difficile de voir la magie, mais on peut la ressentir et parfois, sans le savoir, la côtoyer.

     

    Écrit par Arthur Dauptain, © Tous Droits Réservés.

     

    Si vous avez aimé ce conte et que vous voulez en lire toujours plus, n'hésitez pas à laissez un petit commentaire gentil sur cet article !

    Les gentils commentaires sont mon carburant pour toujours plus de nouveaux contes.

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Juillet à 18:58

    Cette lapine bien sage est toute mignonne. Elle inspire la magie naturelle. Ce conte est véritablement rafraîchissant, encore plus en le lisant durant la saison estivale.

      • Mardi 3 Juillet à 19:10

        Je suis très heureux que ce conte t'est plut ! Je voulais écrire un conte tout mignon avec des lapins.

        Un de mes contes en préparation a un style assez semblable et est tout aussi rafraichissant, je pense qu'il te plaira, j'ai hâte de le publier ! :)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Jeudi 5 Juillet à 00:42

    magnifique on es gates  avec ses trois contes j'avoue que les aimes tous. 

    quel talent que t'as pour narre des contes bref c'est noel avant l'heure 

      • Jeudi 5 Juillet à 11:56

        Très heureux que ces contes t'ont plus ! ^-^

        Oui, après une longue période où j'étais peu inspiré, j'ai d'un coup était inspiré et j'ai beaucoup bossé !

        J'ai un autre conte dont le brouillon est fini et je travaille sur deux autres contes. Mais je manque d'inspirations pour les deux autres contes en écriture, (pour qu'ils soient bien en tout cas) .  Donc à moins d'inspirations soudaines, les prochaines sorties de contes seront moins une avalanche ! :p

        Sur les trois contes, tu as un préféré ? ^^

         

      • Jeudi 5 Juillet à 18:29

        le  bucheron j'ai le lapin  cr il ne fait penser au film que j'ai pierre lapin  un film americain bien lourd dingue 

        ton texte et largement plus poetique 

        c'est un ancien version ~ The World of Peter Rabbit and Friends, 1995

      • Samedi 7 Juillet à 12:22

        Merci beaucoup BaltesG !

        Ton gif est trop chou !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :